Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ETAPE 3 / 12h20

Publié le par IBAN

ETAPE 3 / 12h20

Résumé de l'étape 2 : La course, enfin !

Le tour 2020 aura donc finalement commencé à tenir ses promesses : au terme d’une étape échevelée, Coralie, Biquet, Antoine, Alex et La Braise prennent la tête du classement général au détriment de l’aigle de Clermont-Ferrand. Une étape qui aura également été marquée par le coup de panache du vainqueur d’hier.

En effet, comme pour se racheter de son comportement polémique de la veille, l’Aigle, maillot jaune sur les épaules, plaçait d’entrée une attaque que, pour le coup, les Bobet, Geminiani, Bahamontès, Coppi et consorts n’auraient pas renié en jouant Thomas De Gendt. Las, son coureur ne parvenait pas à prendre l’échappée et les forces venaient à manquer en fin d’étape. Ce soir, l’Aigle accuse un retard de 29’00 qui met fin aux ambitions de celui qui, avant le départ du tour, ne s’en cachait pas. « I’m a f***ing superstar, man. This year, i gonna f*** all thoses motherf***ers in the ass » (ce qu’on pourrait traduire par : « Je me sens en grande forme. Même si j’ai beaucoup de respect pour mes adversaires, je me sens capable de me mêler à la bataille pour la victoire finale ») déclarait-il au magazine Rolling on bike Stone. Si hier soir, certains membres du staff ne masquaient plus leur incompréhension du choix du site du Bassin d’Arcachon pour le stage en altitude choisi par leur leader au début du mois d’août, l’Aigle, abattu mais revanchard, pourrait être tenté de se tourner vers le maillot de meilleur grimpeur qu’il avait déjà ramené à Paris l’an dernier.

A l’avant de la course, après avoir avalé les cols de la Colmiane et de de Turini, le peloton revenait sur l’échappée. La course s’accélérait dans le col d’Eze sous l’impulsion de la Jumbo et le grand écrémage commençait. Fifi (Kämna) était éliminé sur chute, Paulo (Benoot) craquait à la pédale, Nico, Clara, El Mugre et Benoit (Van Aert) se sacrifiaient pour Tom Dumoulin. C’est dans la dernière ascension que Biquet, Coralie, Coco, Antoine, Alex et La Braise plaçaient une accélération imparable, emportaient l’étape et s’emparaient le maillot seulement suivis par Yo revenu du diable vauvert, ce qui lui vaudra d’être élu combatif du jour.

Demain l’étape devrait revenir à un sprinteur. Méfiance toutefois, cette fois-ci, le tour est bel et bien lancé et le jeudutour est redevenu lui-même. Imprévisible. Impitoyable.

Lulu

Reporter pour le JDT Libéré

Rédacteur en chef du Rolling on Bike Stone

Partager cet article

ETAPE 2 / 13h20

Publié le par IBAN

ETAPE 2 / 13h20

Résumé de l'étape 1 : Faux départ

On l’attendait, cette grande fête… Ce devait être un feu d’artifice, finalement ce fut un pétard mouillé. Cette édition du Tour avait été un temps annulée, emportée par la tempête du COVID puis le soleil et l’espoir avait repris le dessus pour finalement être balayés par…une averse. Finalement, le départ du tour n’a pas eu lieu.

En période d’épidémie la nécessité d’aseptiser s’impose mais à ce point… Reste à espérer que nous ayons un mois de septembre ensoleillé, sans quoi, nous risquons de le trouver bien long… Pendant ce temps, les Bobet, Geminiani, Bahamontès, Coppi et consorts, de là où ils sont doivent bien rigoler ou se masquer pour ne voir le spectacle désolant auquel nous avons eu droit aujourd’hui…

Alors que cette étape promise aux sprinters démarrait sous les meilleurs auspices, laissant entrevoir une issue incertaine, la lumière s’est éteinte. De fait, entre chutes à répétitions (Sivakov, Alaphilippe, Amador,…) et défaillances des favoris annoncés (Ewan, Nizzolo, Bennett,…) lâchés à la pédale, la course lancée par Gauthier, Schär et Grellier battait son plein quand tout à coup… l’Aigle de Clermont-Ferrand qui signe parfois sous le nom du professeur Dider R. intimait au peloton des mesures sanitaires jamais vues dans l’histoire du cyclisme. Au menu, confinement de la compétition, distanciation avec toute prise de risque, gestes barrières contre l’héroïsme et la témérité.

C’est ainsi que le peloton, quasiment à l’arrêt, se confinait dans le ridicule, mettait fin à toute lutte et autorisait le retour des battus, incrédules face à cette guérison miracle. Le reste n’a été dès lors plus été qu’une mascarade sans fin. Enfin, si, car il en faut bien une… Au terme d’une cyclotouriste pour sexagénaires dont les organisateurs eux-mêmes n’ont eu aucun scrupule à dénaturer jusqu’au sprint en neutralisant les temps à trois kilomètres de l’arrivée – ce qui n’eut d’autre effet que d’occasionner une nouvelle chute – le norvégien Kristoff s’imposait comme au kilomètre lancé.

Que s’est-il dit ? Promis ? Acheté ? Les tenants et aboutissants de cette pantalonnade resteront sans doute dans les confins des heures les plus sombres de notre sport. Il n’est pas interdit toutefois de s’intéresser à qui ce marchandage sordide a profité…En tout cas, l’Aigle de Clermont-Ferrand portera le maillot jaune demain.

Ce soir, chers lecteurs et joueurs du jeudutour, il nous faudra plus que jamais consulter les prévisions de la météo pour le département du Var à la date de demain. Pour que le départ du Tour ait lieu. Enfin !

Lulu, reporter pour le JDT Libéré

Partager cet article